La face cachée de mon bénévole surprise

S’il y a une chose qui n’est pas exceptionnelle en ce moment pour une personne en fauteuil roulant, c’est bien le confinement.

Il suffit de poser la question suivante pour mieux comprendre ma réalité : pendant combien de jours dans une année suis-je confinée et depuis combien d’années? Lui et moi, on se connaît depuis longtemps. On a appris à s’apprivoiser. On s’aime pas, mais on se tolère. Quand c’est nécessaire.

Par contre, s’il y a une chose qui est plutôt surprenante en période de confinement, c’est de se faire offrir de l’aide sans l’avoir demandée. Sans même avoir remué la ville entière pour trouver une âme charitable disponible et volontaire. De l’aide spontanée sous le coup de la générosité.

Eh bien, tenez-vous-le pour dit, je vous confirme que la profession d’ange gardien a retrouvé ses lettres de noblesse. En ces temps de pandémie, nos héros quotidiens nous apparaissent sous différentes formes : en sarrau, masqués, gantés, en tablier d’épicier ou tout simplement en coton ouaté occupés à respecter les consignes des autorités, bien calés dans leur canapé.

Peut-être avais-je une idée préconçue de l’habit de travail type de l’ange gardien moyen. Permettez-moi de me confesser. Je dois vous avouer que mon ange gardien du moment m’a prise par surprise.

Imaginez un peu mon air ébahi lorsqu’un gentil colosse tatoué m’a proposé tout bonnement de se transformer en coursier pour que je puisse rester à la maison, loin des dangers d’infection omniprésents.

Un ange gardien temporaire reconverti en chasseur de légumes. Mission : remplir mon bedon. Mais oui! À bien y penser, ses aptitudes sont tout à fait appropriées… Il faut être fait fort pour braver les files d’attente, repérer les aliments souhaités et livrer le butin récolté, tout en ayant respecté les règles de sécurité.

Epicerie_HR

Des anges gardiens comme lui, on se doit de les partager avec autrui!

N’allez pas penser que je suis égoïste envers mon précieux don du ciel. C’est ainsi que mon sauveteur remplit non seulement mon garde-manger, mais également celui de sa mamie de 103 ans, de son oncle de 89 ans, de ses parents de 75 et de 76 ans et peut-être celui d’autres personnes à la santé précaire dont j’ignore l’existence. Les anges gardiens ont aussi leurs secrets…

Actuellement, on est tous un peu l’ange gardien d’un autre. On se protège pour protéger les autres. Et parmi les plus forts, certains partent à la chasse.

J’aperçois la beauté de l’humain transparaître à travers tous les gestes altruistes qui se distinguent dans ce brouillard apparu subitement dans nos vies. Ces gens qui donnent de leur temps sont des super-héros que la peur n’a pas réussi à paralyser. Ils sont en mesure d’offrir aux plus fragiles ce qu’ils ont de plus cher : leur bienveillance. Je suis d’avis qu’être bienveillant devrait désormais figurer en tête de liste des qualités à posséder et à cultiver.

© Photo et illustration : Hoby Ratsimbazafy

6 réflexions sur “La face cachée de mon bénévole surprise

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s